L'infini - Leopardi

Publié le par Mr. Oyster

"Toujours elle me fut chère cette colline solitaire
et cette haie qui dérobe au regard
tant de pans de l'extrême horizon.
Mais demeurant assis et contemplant,
au-delà d'elle, dans ma pensée j'invente
des espaces illimités, des silences surhumains
et une quiétude profonde ; où peu s'en faut
que le cœur ne s'épouvante.
Et comme j'entends le vent
bruire dans ces feuillages, je vais comparant
ce silence infini à cette voix :
en moi reviennent l'éternel,
et les saisons mortes et la présente
qui vit, et sa sonorité. Ainsi,
dans cette immensité, se noie ma pensée :
et le naufrage m'est doux dans cette mer."

(G. Leopardi, Canti)



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
Je n'avais point vu cette fulgurante reprise de l'activité. Gare au surmenage...
Répondre